Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 16:39

Rues de Bruxelles

Ville francophone  cosmopolite, multilingue à l'accent particulièrement savoureux. Nous jouions un peu  les touristes dans la capitale européenne, venus pour déménager notre fille, Rouge. Le ciel d'avril avait été relativement clément avec nous. Bien évidemment nous avions eu droit au temps belge typique : plafond nuageux bas, bruine persistante, luminosité atone. Mais par un hasard heureux, cette journée-là, journée de fin de déménagement, était créditée d'un soleil timide mais bien présent. Nous en profitions donc pour nous promener dans les rues alentour du logement de notre progéniture.

Nous avions goûté à la grandiloquence de la Grand Place, à la magnificence du Palais Royal, au gothique flamboyant de la cathédrale Saint Michel et Sainte Gudule, à la symbolique irrévérence  du Manneken Pis. Nous avions dévoré les gaufres, englouti les moules-frites, avalé les bonnes bières, apprécié les chocolats : bref, nous agissions comme de  bons touristes lambda, en vadrouille dans une ville  métropole effervescente. Nous en avions plein les pattes de crapahuter dans les rues bruxelloises encombrées de monde.

Cette journée-là, nous allions Place du Jeu de Balle pour humer l'air printanier et farfouiller un peu dans les étalages des vendeurs du marché aux puces. Grand Bleu marchait devant avec nos autres enfants, Magenta et Vert, moi, j'étais derrière avec  Rouge.

Dès que nous sommes arrivés, une litanie lancinante nous a accueillis :

  - Un euro. Un euro. Un euro. Un euro. Un euro. Un euro.

Pratiquement tous les marchands se lançaient les uns les autres cette phrase énigmatique qui tournoyait dans l'air comme une vague déferlant sans cesse. Et se faisant, ils nous présentaient leur marchandise :

- Un euro. Un euro. Un euro. Un euro. Un euro. Un euro.

Les étals correspondaient à ce que nous nous attendions : bric- à- brac coloré, vêtements défraîchis, ustensiles hors d'âge, vaisselle ébréchée, misérable marchandise vendue par d'humbles marchands. La place entière était  encombrée d'un capharnaüm indescriptible, entassement  de vénérables chaussures, pyramides d'objets hétéroclites et disparates.

- Un euro. Un euro. Un euro.Un euro. Un euro. Un euro.

Tourbillonnait dans l'air le leitmotiv. Incessant. Entêtant. Agaçant. Repris soit en choeur, soit avec quelques secondes de décalage par les marchands.

- Un euro, un euro, un euro, un euro, un euro, un euro.

Incantation païenne. Monotone antienne. Prière mystérieuse, nous accompagnant dans notre cheminement tranquille et sans but. Nous étions là pour regarder, fouiller et trouver peut-être une perle rare au milieu de cet enchevêtrement  touffu.

- Un euro, un euro, un euro, un euro, un euro, un euro.

Puis, soudain:

- Un euro, un euro, un euro, un euro pièce.

- Un euro pièce. Un euro pièce. Un euro pièce. Un euro pièce.

Nouvelle incantation ronronnante reprise par tous vendeurs instantanément.

Là, pointant l'étalage devant nous, je me tournais vers Rouge et lui demandais en souriant:

- On lui demande  le prix ?

- T'as pas compris que tout est à un euro?!! me lacha-t-elle.

- T'as pas compris que je blaguais? lui rétorquais-je, dépitée.

Mon ironie venait d'essuyer un flop.

Un flop. Un flop. Un flop. Un flop. Un flop...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bleue-la-renarde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : blog de Bleue-la-renarde Charasse Evelyne
  •  blog de Bleue-la-renarde Charasse Evelyne
  • : Billets d'humeur et d'humour, tranches de vie décalées et romancées mais toujours véridiques.Aventures et histoires racontées pour le fun.Je suis Bleue la Renarde qui prend tout ce qui fait plaisir et passe à ma portée.
  • Contact

Recherche

Un Sourire Par Jour

Liens