Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 16:18

Il y a des moments dans la vie où on se congratule tout seul ...

Ca fait du bien.

On se remonte le moral . Ou les bretelles, c'est selon...

Il y a des moments aussi où la peur donne des ailes, où l'adrénaline coule à flots dans nos veines.

Des moments sur le coup terrifiants qui ,sous la lumière du souvenir, deviennent risibles ....

J'habitais alors les Hauts Quartiers, ceux blottis près de la cathédrale millénaire, ceux qui fleurent bon la pierre usée et  le soleil rare.

Mon logement se cachait derrière une méchante porte abimée par les ans, il fallait ensuite parcourir les vingt mètres de couloir lugubre et sale avant d'arriver dans la courette cernée de portes et  fenêtres.

"La cour des miracles" c'était le surnom de mon  immeuble ...Ca donne tout de suite le ton . L'ambiance...

Nulle tristesse et scélératesse ici , non ! Juste des travailleurs acharnés, harassés qui vivaient  ensemble dans une bonne entente dans des logements plus que basiques.

Aux loyers défiant toute conccurence s'ajoutait le plaisir de vivre en pleine ville dans un microcosme bigarré, hors norme...

Les locataires se cotoyant ici venaient d'horizons très divers.

Les Portugais étaient majoritaires , leurs voix portaient plus haut que les autres du moins , la nostalgie de leur pays. Bucherons, ils encombraient la cour de leur bois et de leur matériel.

Il y avait des couples de retraités, blottis dans leur logement mausolée, figé dans le temps de leur splendeur. Ici vivaient aussi des étudiants fauchés, des familles à rallonge, dont les enfants poussaient à l'ombre de la cathédrale, fleurs chétives à la morve active...

Par dessus tout cela rajoute,ami lecteur ,quelques chiens, quelques chats, quelques rats, hélas, et tu obtiens une vue sépia de mon quartier .

Rajoute aussi tous les sons , tous les bruits, toutes les odeurs qui sont  liés à ce souvenir vivace et tu es dans "La cour des Miracles",d' il y a longtemps...

Atmosphère bon enfant.

Or, un jour, vint un élément perturbateur dans cet idyllique tableau...

Au fond de la cour, un appartement s'est libéré et de nouveaux  locataires ont bien vite occupé les lieux.

C'était un couple de quadragénaires : elle ,Française timide, grande femme maigre aux cheveux filasses. Lui, immense et musculeux  Yougoslave, les cheveux hirsutes et l'oeil noirs , issu d'un croisement entre un Troll et un apache.

  Il  était lui aussi bucheron et transportait souvent avec lui ou sa tronçonneuse ou sa hache .

Il parlait fort, bousculait sans ménagement sa compagne, criait sur les enfants, fouettait les chats, donnait des coups de pieds aux chiens, vocifèrait des insultes slaves  incompréhensibles  à tous...

Un grossier personnage.

Sa seule présence assombrissait un peu plus la petite cour.

Très vite, il fut catalogué "à éviter". Ce que chacun s'appliqua à faire.

Très vite, son surnom "Drago" apparenté à dragon ou Dracula , lui alla comme un gant!

Un soir d'hiver où je rentrais chez moi, je poussais la pauvre porte, appuyais sur l'interrupteur et constatais que l'éclairage ne fonctionnait pas ....Vingt mètres à faire dans le noir quasi complet, pas très grave quand on aperçoit une petite lumière au bout du couloir, là bas dans la courette.

Soudain, une silhouette massive et hirsute apparue , restant dans l'encadrement de la porte.

Ne ralentissant pas mon pas, pour faire illusion de bravoure, je me retrouvais bientôt à sa hauteur:

"Tu le dis pas bonsoir au Drago? me baragouina-t-il, empestant l'alcool.

-Bonsoir Drago, lui répondis-je en le contournant, tremblante.

-Tu l'as peur du Drago? demanda-t-il en se penchant vers moi, goguenard.

-Moi?N...N... Non!" réussis-je à articuler avant de m'échapper dans la cour, laissant derrière moi un rire sadique énorme...

Arrivée chez moi, le souffle court, appuyée sur ma porte bien fermée, je repris peu à peu mes esprits....

"Tu l'as peur du Drago?" ces mots tournaient  en boucle dans ma tête...

Puis, en un éclair, toute la peur s'évanouit : Drago n'avait plus  de dents de devant.

Un Croquemitaine édenté, c'est bien connu , perd de sa crédibilité....

 

PS : Bien entendu, par la suite , je me suis toujours  arrangée pour ne jamais le recroiser...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bleue-la-renarde
commenter cet article

commentaires

Brother 11/04/2015 20:06

Enfin, la voilà !!! la fameuse histoire de Drago. C'est vrai qu'il faisait peur, un physique et une attitude digne du serial killer d'un film d'horreur de série B... Merci ma soeur.

Petite monique 03/04/2015 22:25

Merci pour ce charmant recit c'est vraiment des souvenirs veçus ou c'est de la pure imagination mais trés bien raconté qui donne le frisson

libelule 05/09/2014 21:56

bravo pour ton courage c'est toujours agréables de te lire merci encore bizz

Martine 05/09/2014 21:26

en lisant ton texte.....je revois ce "drago"....le yougoslave ! à moi aussi, il me faisait peur ! et comme toi, je faisais en sorte de ne pas le croiser !

Présentation

  • : blog de Bleue-la-renarde Charasse Evelyne
  •  blog de Bleue-la-renarde Charasse Evelyne
  • : Billets d'humeur et d'humour, tranches de vie décalées et romancées mais toujours véridiques.Aventures et histoires racontées pour le fun.Je suis Bleue la Renarde qui prend tout ce qui fait plaisir et passe à ma portée.
  • Contact

Recherche

Un Sourire Par Jour

Liens